Un Partenariat de mobilité UE-Maroc a été signé le 7 juin 2013 entre la Commission européenne, le ministère marocain des Affaires étrangères et de la Coopération (MAEC), et neuf États membres de l’Union européenne (UE) participant à ce partenariat (Belgique, Allemagne, Espagne, France, Italie, Pays-Bas, Portugal, Suède et Royaume-Uni).

Projet Sharaka logoL’une de ces initiatives est le projet SHARAKA, mis en oeuvre dans le cadre d’une délégation de gestion à l’agence publique Expertise France.

Le projet, d’une durée de 3 ans (2014-2017), a pour objectif de contribuer à la mise en œuvre du Partenariat pour la mobilité UE-Maroc par la consolidation des résultats existant en matière de migration et développement via une approche globale, pour une meilleure prise en compte de la thématique dans les politiques et stratégies nationales.

Ce projet tend plus spécifiquement à : 

  • capitaliser sur les actions menées jusqu'ici au Maroc en matière de migration et développement et à redéployer les plus prometteuses (composante 1) ;
  • fournir aux autorités marocaines une meilleure connaissance des caractéristiques des principales communautés de Marocains en Europe et soutenir la conception et la mise en œuvre de programmes visant à mobiliser leur capital humain, social et financier pour le développement du Maroc (composante 2) ;
  • renforcer les capacités des autorités marocaines dans l'intégration des immigrés régularisés sur le marché du travail marocain (composante 3A) ;
  • accompagner les autorités marocaines dans leurs missions de placement à l'international des travailleurs marocains (composante 3B) ;
  • renforcer les capacités des autorités marocaines, à la fois au niveau national et local, à soutenir la réintégration socio-économique des migrants de retour au Maroc (composante 4). 


Doté d'un budget de 5 271 000 euros (5 000 000 euros venant de l'UE,  146 000 euros de la France et  125 000 euros des Pays-Bas), le projet Sharaka s’attache à renforcer les capacités des institutions marocaines en charge des questions de migration et développement à travers la mobilisation d’une expertise publique issue des 7 pays membres de l’UE impliqués directement dans ce projet (France, Allemagne, Suède, Pays-Bas, Espagne, Italie et Belgique) et d’une expertise indépendante complémentaire.

Cette démarche innovante renforce les partenariats entre les institutions et opérateurs publics européens en charge de ces questions et leurs homologues marocains et favorise le partage de connaissances et d’expériences ainsi que l’échange entre pairs.